Menu
LE TOURISME VECTEUR DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. MOYEN JUDICIEUX DE RAPPROCHEMENT DES CIVILISATIONS ET DES HOMMES

Tour Operating /« Faillite » de FTI Group : Quelles pertes pour le Maroc ?


Rédigé le Jeudi 2 Mars 2023 à 16:00 | Lu 575 commentaire(s)

Le spectre alarmant de défaitisme surprenant du géant Thomas Cook déchu en 2019 risque t-il de hanter l’esprit des partenaires marocains avec cette fois-ci la descente aux enfers de FTI Group, 4ème TO mondial fort de ses 6 millions de voyageurs par an dont 100 000 clients par an sur le Maroc ? Une mauvaise posture inattendue (plutôt prévisible timidement depuis 2014) du puissant groupe alimentant les mauvais pronostics quant à la révélation de son endettement s’élevant à un milliard d’Euros sachant qu’il avait bénéficié du soutien de l’Etat allemand équivalent à 500 millions d’Euros en aide anti-Covid.


On parle même de son éventuel rachat absorption par DER Touristik, 2ème voyagiste européen, en vue de résorber le trou terrible dans les finances de FTI Group, dont l’actionnaire principal n’est que Sawiris (Orascom) qui réapparait comme par miracle dans le tour de table de réactivation de la SAEMOG, lui qui avait déposé les armes dans le projet de Oued Chebika, projet d’ailleurs mort-né.

  En fait, il y a à craindre pour son partenaire hôtelier marocain Atlas Hospitality (2
ème groupe marocain pesant 26 hôtels avec une capacité dépassant les 9000 lits), liés à parts égales par la joint-venture Meeting Point Hotels Morocco dans l’objectif est de « développer la plus grande structure de Family Clubs all inclusive au Maroc sous la marque maison de FTI Labranda », stipule le texte de leur partenariat. Un contrat opérationnel nécessitant l’injection d’un fonds de démarrage atteignant 650 millions de dirhams.

De son côté, Atlas Hospitality portait 3 de ses unités commercialisées exclusivement par FTI Group sur le marché allemand sous label Labranda, à savoir: Les Dunes d’Or Beach Club 4* (436 chambres) à Agadir et l’Idrissides Urban Club 4* (311 chambres) à Marrakech, tous deux rachetés à Fram en 2014, et l’Atlas Targa Club All In 4* (239 chambres et studios) à Marrakech. Avec néanmoins la perspective de passer au moins à 7 hôtels-clubs avec la construction de trois nouveaux clubs 4*, 5* et 5*+ (totalisant 927 chambres) dans la future station balnéaire d’Oued Chbika qui n’est plus sur les radars.

   

La mariée était donc trop belle par la laisser filer en douce et l’espoir tellement tentant pour passer à côté. Même le DG de l’ONMT n’a pas hésité, pour la bonne cause, à rencontrer en février 2022 à Marrakech Ralph Schiller, CEO de FTI Group, pour sceller la confiance en y mettant les moyens qu’il fallait à une ambition grandissante.

Or, avec les dernières nouvelles loin d’être rassurantes, les opérateurs marocains doivent se poser sérieusement des questions sur la sécurisation de leurs engagements avec les partenaires étrangers, subissant de plein fouet les recrudescences d’un marché mondial fluctuant et de plus en plus instable.

On se souvient encore de la déconfiture vécue avec Thomas Cook dont l’onde de choc avait fait des victimes parmi ses partenaires du Maroc se chiffrant par milliards d’impayés. Un revers porteur de leçons pour les professionnels qu’il fallait pourtant assimiler pour se vacciner contre les potentielles récidives à venir, telle celle très probable de FTI Group.

Les risques et les précautions à prendre sont presque les mêmes : La « leçon » de l’assurance crédit sur les créances touristiques à l’international dont on ne parle pourtant pas bien qu’elle soit salutaire.

Mieux vaut prévenir que guérir. Quels enseignements faudrait-il en tirer? Quelles mesures adopter pour éviter d’être en très grande difficulté à l’avenir ? La réponse est simple : mettre en place des garanties pour les contrats internationaux réalisés par les Entreprises Marocaines ? Pourquoi le tourisme n’adopte t-il pas la même démarche que celle poursuivie par le Centre Marocain des Exportations, à savoir l’assurance SMAEX, garantissant la sécurité des marchés à l’exportation ayant pour objet la gestion du système d’assurance à l’exportation ? Quand est-ce que le ministère du Tourisme peut-il envisager sa recommandation pour éviter les imprévus ? In fine, peut-on se permettre de dire que Atlas Hospitality aura misé sur une cause perdue d’avance, sachant qu’il était le seul groupe qui pouvait, à l’époque, se permettre l’alliance avec FTI Group ?

(A suivre)

Source : 
http://premiumtravelnews.com/   par  Mustapha Amal








Partager ce site