Menu
LE TOURISME VECTEUR DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. MOYEN JUDICIEUX DE RAPPROCHEMENT DES CIVILISATIONS ET DES HOMMES

Le Maroc intensifie le contrôle des revenus générés par Airbnb


Rédigé le Mardi 23 Avril 2024 à 11:17 | Lu 74 commentaire(s)

Les services de contrôle de l’office des changes ont lancé une vaste opération d’audit ciblant les transferts financiers internationaux destinés aux bénéficiaires de la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb, leader mondial de la location immobilière. En collaboration étroite avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, ce programme est mené dans le dessein de garantir le respect de la législation en vigueur. En effet, cette dernière impose aux exploitants d’activités de location de déclarer leur activité aux autorités locales et d’obtenir les licences requises.


Désormais, l’activité de location via Airbnb qui génère des revenus importants pour ses exploitants est encadrée et supervisée par les autorités afin de remplir les caisses de l’Etat. Selon des sources bien informées, cette opération a révélé des sommes d’argent importantes, provenant de la location d’appartements et de maisons situés à Casablanca, Marrakech, Essaouira et Tanger. Certains transferts ont atteint des montants dépassant 100.000 dirhams, soit 10 millions de centimes, mensuellement, en faveur de personnes exploitant plusieurs espaces dans différentes villes. Cette activité est devenue un investissement attractif pour de nombreuses personnes ces derniers temps et à présent il faudra payer des impôts.

Par ailleurs, il a été constaté que « la valeur des transferts financiers effectués via la plateforme Airbnb n’a pas été intégrée par le ministère du Tourisme dans les revenus du secteur déclarés régulièrement ». Cette omission est due au fait que la majorité des activités de location échappent aux dispositions du décret n°2.23.441, qui précise certains règlements du code du tourisme n°80.14 relatif aux établissements touristiques et aux autres formes d’hébergement. Entré en vigueur l’année dernière, ce décret exige « notamment l’obtention d’une licence après déclaration de l’activité et la présentation d’un dossier complet comprenant les documents requis ».

  

Les sources de Hespress ont également révélé que les transferts financiers identifiés par les contrôleurs de l’office des changes se sont effectués à travers divers canaux, incluant des comptes bancaires internationaux, PayPal, des cartes bancaires et des institutions de transfert d’argent. Les audits ont révélé que « certains exploitants de logements au Maroc, bien que de nationalité marocaine, effectuent des transactions financières à l’étranger, notamment en France et en Espagne ».

Le décret précité impose aux propriétaires d’espaces destinés à la location de disposer d’une licence délivrée par les autorités compétentes, fixant ainsi le nombre de chambres pouvant être commercialisées. Le dossier de demande de licence doit inclure une copie du contrat d’assurance, des photos des chambres proposées à la location, ainsi qu’une copie du permis de résidence ou un certificat d’un ingénieur attestant de la conformité du bâtiment aux normes de sécurité et de durabilité, ainsi qu’aux règles de prévention des incendies.

Les données recueillies par l’office des changes ont été transmises au ministère de l’Intérieur, plus précisément à l’inspection générale de l’administration territoriale, afin de faciliter l’application de la loi, indique la même source.

Des enquêtes ont également été lancées par les agents et les officiers de l’autorité dans les principales villes et destinations touristiques, afin de recenser les appartements et maisons proposés à la location sur la plateforme Airbnb. L’objectif étant d’informer les exploitants de leur obligation de se conformer à la loi, de déclarer leur activité et d’obtenir les licences nécessaires.

Il est à noter que la plateforme Airbnb, par l’intermédiaire de son PDG Brian Chesky, a annoncé son intention de se diversifier en proposant la location de logements à long terme dans plusieurs pays, dont le Maroc. De plus, elle envisage de renouveler son offre commerciale en intégrant un service de location de voitures.


 SOURCE : fr.hespress.com

 
 







Partager ce site